Les projets

Mobiliser pour mieux voir et transformer le monde qui nous entoure.

 

Nous soutenirNous contacter

Mellifère

Artiste : Sophie Bruère

Structure locale : en cours

Lieu : Ivry-sur-Seine, quartier Monmousseau

Durée : 2021/2022

en savoir plus

En 2018, Sophie Bruère rencontre au rucher municipal du quartier du fort, à Ivry-sur-Seine, Julien Desodt, apiculteur référent de l’Association Protectrice des Abeilles Ivryennes. La visite du rucher, sa situation géographique et les dialogues engagés, sont le déclencheur du projet original, Mellifère.

Le processus de création de Mellifère sensibilise au développement d’un imaginaire nocturne commun. L’objectif est de faire émerger de situations urbanistiques présentes, un espace de réflexion propice aux rencontres entre les habitants du quartier Monmousseau, à Ivry-sur-Seine. Sophie Bruère partage son processus et des expériences plastiques. Elle s’appuie sur la force fédératrice du médium lumineux pour interroger notre réalité du territoire et opérer un décalage de la vision.

Interroger notre réalité du territoire et opérer un décalage de la vision se fait par l’étude de la perception des rayonnements lumineux et leur interprétation cognitive chez les êtres vivants. Il s’agit, ici, d’amplifier la vision de l’abeille et ses effets à la tombée du jour. Pour cela, notre vision est augmentée de dispositifs – utilisation de filtres colorés, de lunettes, de torches et de projecteurs autonomes. Notre spectre visible est modifié entre 400 et 560nm – longueurs d’ondes correspondants à l’ultraviolet jusqu’au bleu et vert. En ouvrant le territoire à cette expérience, Sophie Bruère élargit la perception du quotidien  et décale la vision des habitants vers la réalisation d’une expérience nocturne in situ.

Marcescent

Artiste : Sophie Bruère

Structure locale : Collectif Furci, Ferme Caillard et Bibliothèque Denis Diderot

Lieu : Bondy, Résidence Furci

Durée : 2020/2021

en savoir plus

Sophie Bruère, plasticienne, poursuit son implication sur le territoire de la commune de Bondy. Après Sève réalisée durant l’année 2019 avec les habitants de la résidence Le Potager, elle partage son processus de création avec les habitants de la résidence Furci, et propose une nouvelle appropriation de la nuit, nommée Marcescent. Ce projet est né du dialogue engagé avec une habitante, représentante du Collectif Furci, rencontrée en juillet 2019, lors d’une visite du quartier Blanqui. L’objet de l’intervention est d’amplifier la dynamique amorcée par le collectif et de fédérer autour d’une pratique artistique une trentaine de personnes, en majorité des seniors et des mères avec leurs enfants – 10 et 15 ans. La Bibliothèque Denis Diderot sera un lieu ressource, permettant de nourrir par la rencontre du fond cinématographique et littéraire, l’imaginaire des participants. La Ferme Caillard, lieu pédagogique sur la biodiversité de la Ville de Bondy, accueillera une présentation et un temps d’échanges du projet.

Pour créer dans la résidence Furci cette appropriation nocturne, Sophie Bruère s’appuie sur la force fédératrice du médium lumineux. Elle cherche à y extraire les formes propices au regroupement et aux liens entre les habitants. Apprendre à regarder, à observer et prendre conscience de la qualité de son paysage au quotidien permet de l’interpréter collectivement. C’est aussi mieux comprendre le monde qui nous entoure, valoriser son cadre de vie et se montrer à l’autre au travers d’un processus artistique, menant à la réalisation d’une œuvre commune.

Le processus de création de Marcescent sensibilise au développement de l’imaginaire, il revisite par la pratique artistique et le partage, l’apprentissage du regard et l’ancrage de soi dans le collectif. Sophie Bruère fait appel à des connaissances propres au paysage, aux changements et mutations du territoire et à son histoire. Il s’agit, ici, de poursuivre la démarche engagée dans la résidence Le Potager en partageant avec les habitants des savoir-faire et des étapes de créations. Avec Sève, l’écoute de l’inaudible, la montée de sève d’un gros hêtre situé dans la Forêt régionale de Bondy marquait le début du processus. Pour Marcescent, le décalage du regard est porté sur le patrimoine végétal in situ de la résidence Furci. Ce point de départ est né d’observations constatées par Sophie Bruère : les habitants ont investis certaines jardinières et les immeubles sont entourés d’un patrimoine végétal riche : présence de grands platanes, d’arbres fruitiers et ornementaux. Marcescent porte sur l’observation des plantes et des structures foliaires comme éléments majeurs de la photosynthèse.

Avec ce processus, l’appréhension du territoire par l’écoute et la parole fait appel à l’expérience de l’invisible avant l’introduction d’images, d’outils numériques, interface d’un récit lumière en train de se faire. Le choix du lieu de l’installation et l’exposition seront le résultat de ce dialogue artiste/habitants et la définition de points de vue individuels dans le collectif.

Trois étapes marquent l’avancée progressive vers la définition d’un point de vue artistique. Première étape : Rencontrer l’autre / La perception de son paysage quotidien, une expérience plastique collective. Deuxième étape : Capter l’invisible / le cycle des saisons, le laboratoire. Troisième étape : Restituer, fabriquer le dispositif Cette étape finale permet un temps de restitution commun à la résidence Furci et à la Ferme Caillard. Sophie Bruère et les habitants partagent leurs expériences avec un public plus large et extérieur au projet. Les étapes de Marcescent seront présentées, herbier, dessins, empreintes et relevés photographiques.

Dans la résidence Furci, les transcriptions des observations des structures foliaires seront allumées.

Une édition papier et un film seront réalisés. Ils seront remis aux participants et aux partenaires.

Sève

Artiste : Sophie Bruère

Structures locales : Amicale CLCV Le Potager, bibliothèque Denis Diderot

Lieu : Bondy, Résidence Le Potager

Durée : 2019/2020

 

en savoir plus

Sève, œuvre réalisée dans la résidence sociale le Potager, à Bondy, prolonge une démarche déjà amorcée par Sophie Bruère avec Limbe, installation lumineuse conçue de 2012 à 2016 pour le viaduc autoroutier du Pont de Saint-Cloud, et les différentes actions déjà menées dans l’espace public.

C’est au cours d’un repérage nocturne, en 2015, autour du Pont de Bondy, que la barre de logements Le Potager et sa proximité avec l’autoroute A3 sont découverts. Cette étape marque le début d’un long processus d’observation du territoire, de son histoire, accompagné de rencontres avec les habitants de la résidence

L’histoire collective de la ville de Bondy est marquée par la disparition de la forêt de Bondy, massif forestier recouvrant le « pays d’Aulnoye », région située sur la partie Est du département de la Seine-Saint-Denis. L’arrivée, durant la première révolution industrielle, d’ouvriers transforme aussi le paysage bondynois en habitat individuel et en jardin potager. Ces recherches ont permis de tisser une première approche afin d’extraire de lieux dépréciés et des usages existants, la forme d’une œuvre globale

Echapper aux seules vitesses, ruptures, nuisances qui composent ce quartier, c’est fabriquer, avec l’aide de la nuit, un imaginaire collectif positif : une essence propre, une perspective à transformer, une réalité à augmenter en paysage de jouissance visuelle.

Tout au long de l’année 2019, c’est avec l’Amicale des locataires du Potager que le dialogue avec les habitants s’est instauré. Ils ont participé à plusieurs temps forts, notamment, à l’écoute de la nature et de l’imperceptible qui a fait l’objet d’une expérience de captation de montée de sève. Le récit a été développé entre présence individuelle et imaginaire collectif. Il s’est écrit à partir de parcours choisis par les habitants (bâtiment, jardins, emprises autoroutières) une perception à l’échelle de l’homme.

En participant aux différentes étapes du projet et en réalisant des photographies, des dessins, chacun a apporté par la parole et l’écoute, une perception des lieux nécessaire à l’élaboration de l’œuvre. Ce travail sur l’étude de la croissance des plantes, le rythme des saisons et de la nuit a défini la forme, l’implantation, des dispositifs lumineux et a dessiné une plasticité collective de la nuit, propre à la résidence. Il s’agit, ici, de partager des savoir-faire et des étapes de création autour des perceptions de la nuit dans la résidence Le Potager. L’écoute et la parole font appel à l’expérience du corps avant l’introduction d’images, d’outils numériques, interface d’un récit lumière en train de se faire. Le choix du lieu de l’installation et l’exposition dans la Bibliothèque Denis Diderot sont le résultat de ce dialogue artiste / habitants. Les participants ont composé à l’aide d’une console numérique des séquences de lumière et de couleurs en lien avec leur perception de l’écoute. Après ces manipulations, ils ont choisi les lieux dans la résidence qui ont été transformés par la lumière. Les participants ont noté leurs parcours, leurs expressions verbales, ont réalisé des relevés du type timelapse pour s’exprimer sur ce qu’ils ont vu

Sève s’est formalisée, en 2020, par la mise en place de l’œuvre lumière dans la résidence et la réalisation d’une exposition dans la bibliothèque Denis Diderot. Le film retrace les grandes étapes de Sève.

Limbe

Artiste : Sophie Bruère

Structure locale : DIRIF

Lieu : Saint-Cloud, Viaduc autoroutier de Saint-Cloud

Durée : 2015/2016

 

en savoir plus

Dans le cadre de l’exposition Lumière et Jardin Imaginaire organisé en 2012 par Art sponsor, Lumière et création contemporaine, Sophie Bruère a accepté de présenter les premières étapes de son projet Limbe.

L’installation lumière, réalisée fin 2015, instaure dans l’atmosphère nocturne de la métropole parisienne un dialogue sensible entre le Domaine National de Saint-Cloud et le viaduc de l’A13. Le dessous du viaduc, zone urbaine où la voiture est reine, devient ainsi le support d’une transposition lumineuse du paysage perçu dans le parc de Saint-Cloud. Des piétons marchent quotidiennement à l’ombre du viaduc et les riverains subissent sa présence. Limbe souhaite améliorer la perception proche et lointaine de cette masse de béton. A la nuit tombée, la sous-face du viaduc est sous l’influence d’une lumière nuancée par les variations du ciel et de la lumière du paysage métropolitain. Ces variations sont captées de jour à partir de la terrasse de la Lanterne. La terrasse de la Lanterne est le point culminant du parc, il ouvre le regard sur le paysage de la métropole. La présence poétique et visuelle de Limbe participe au renouveau de l’ouvrage d’art et de son emprise. Elle améliore la perception d’un territoire meurtri par la densité routière et elle interroge l’avenir sensible d’espaces interstitiels fonctionnels de faible qualité situés en périphérie de la Ville lumière.

Partenaires :

Ce projet a été mené grâce au soutien de la DIRIF, de la Région Ile-de-France, du département des Hauts-de-Seine, de Cofely, de Terideal Segex et de Lec.

Rencontres « Le Goût de la Lumière »

 

En savoir plus

« Brillez de tout votre éclat »

Le Goût de la Lumière poursuit son expérience des sous-sols et vous invite à découvrir la magnifique collection du Musée de Minéralogie de Mines ParisTech. Nous serons accueillis par Didier Nectoux, son conservateur.

Lieu : Musée de Minéralogie de Mines Paris Tech

Le Goût de la Lumière avec Didier Nectoux

 

En savoir plus

« 65 Pieds sous terre »

Des nouvelles du Goût de la Lumière avec une visite de la Carrière Médiévale des « Capucins », le 2 octobre 2019, à 19h30.

Après notre rencontre avec Antoine Jacobsohn et le Potager du Roi, investir des sous-sols pour en humer l’atmosphère faisait sens.
L’autorisation de la S.E.A.D.A.C.C, l’association en charge de l’entretien du site de la carrière, est arrivée récemment, pour notre plus grande joie. Cette visite est exceptionnelle.

Lieu : Carrière Médiévale des « Capucins »

 

Le Goût de la Lumière dans les carrières médiévales des « Capucins »

En savoir plus

« Comme un héliotrope sur la soupe »

Notre nouvelle expérience visuelle et gustative Le Goût de la Lumière sera à la chapelle du Temple de l’Etoile à Paris et le Potager du Roi, site historique de l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage, sera à l’honneur. Antoine Jacobsohn, son responsable, nous présentera une étonnante production potagère.

Lieu : Temple de l’Etoile, Paris

Le Goût de la Lumière avec Antoine Jacobsohn

 

En savoir plus
« Faire son miel en ultraviolet »
Retour sur l’expérience visuelle et gustative du 20 juin 2018, « Faire son miel en ultraviolet » – Le Goût de la Lumière, à l’hôtel Henri Menier, Paris 8ème. Julien Desodt a partagé ses talents d’apiculteur pour apporter au dispositif de vision apicole de Sophie Bruère, les goûts et les saveurs du miel. Merci aux participants de cette belle soirée et à l’équipe de Targetti France pour l’accueil. La prochaine expérience sera en novembre. Nous ensoleillerons votre fin d’automne pour mieux affronter l’hiver. Vivement novembre !
Les amis du Goût de la Lumière peuvent regarder l’ensemble des photos et portraits sur https://photos.app.goo.gl/o3HRgX9GoVsNhwNH6

Lieu : Hôtel Henri Menier, Paris

 

Le Goût de la Lumière avec Julien Desodt

En savoir plus

« Divin »

Thomas Bravo-Maza, journaliste spécialisé en vins, nous a déniché quelques surprises pour une première rencontre Le Goût de la Lumière.

Lieu : Cave Divins

Le Goût de la Lumière avec Thomas Bravo-Maza

 

Les partenaires 2019-2020

Participer aux projets

Nous soutenir